Le BTP recycle ses déchets de démolition en granulats de qualité

Depuis 2012, les installations de traitement des déchets du bâtiment produisent des matériaux de réemploi dont l’usage est encouragé par la profession. Mais beaucoup de déchets échappent encore à cette filière de recyclage.

La consommation de graves recyclées dans la construction neuve est en nette progression à La Réunion. La première plateforme dédiée au tri et à la transformation des déchets du BTP, produisant des granulats de réemploi, a été créée en 2012, à Saint-Pierre. « Nous traitons 50 000 tonnes de gravats et 4 000 tonnes d’autres déchets de démolition et de rebus de construction, indique Eric Rollin, responsable de la plateforme Sud Traitement Services (STS). Le recyclage des bétons et dérivés permet de fabriquer des agrégats propres et calibrés qui sont de nouveau employés dans les bétons. »

Un process de recyclage des plaques de plâtre

Plus récemment, STS a mis au point un process de recyclage des plaques de plâtre, en séparant le plâtre du carton, pour obtenir une poudre utilisable dans la fabrication du ciment. Une autre plateforme, Valorun, a été inaugurée fin 2013, implantée sur 4 400 mètres carrés à Saint-Paul.

Avec des équipements de nouvelle génération, nous employons une technologie de séparation densimétrique afin d’éliminer les impuretés mélangées aux gravillons. Ils sont ensuite lavés et calibrés pour obtenir un produit entièrement propre qui peut être réutilisé sans contrainte dans de nombreuses applications

détaille François Amplis, directeur général de Valorun. Les plus modernes de l’île, ces deux plateformes ont bénéficié de financements de l’Europe et de la Région Réunion. Ces entreprises développent régulièrement de nouvelles activités pour optimiser la gestion des autres matières issues des déchets du BTP. Le bois, le plastique et le métal rejoignent ainsi les filières dédiées pour leur valorisation.

Les granulats recyclés deviennent très compétitifs

Sur 5 millions de tonnes de déchets produits dans le secteur du BTP, la Cellule économique réunionnaise du BTP (CER BTP) estime que 2 millions de tonnes de déchets inertes sont captables.

En 2015, moins de 12% ont été captés par la filière de recyclage officielle, soit 230 000 tonnes, informe Aurélien Rouault, chargé de mission gestion des déchets au CER BTP. C’est un peu moins qu’en 2014 car l’activité est soumise à variations. En revanche, les quantités vendues pour le réemploi ont progressé de 20%, pour atteindre 310 000 tonnes. Les stocks antérieurs de matière ont été fortement consommés.

La différence de coût est faible entre les matières nobles et les matières recyclées, mais certains produits de réemploi sont particulièrement compétitifs. « En dehors de la grave courante 0/80, les volumes d’autres granulométries sont en hausse de 310% et la grave recyclée 0/63 connaît une progression fulgurante, en raison de sa qualité et de son coût », révèle Aurélien Rouault. Le succès du recyclage est indéniable et bénéficie du soutien des grands acteurs du secteur et de donneurs d’ordres publics et privés.

La Charte des bonnes pratiques de gestion des déchets de chantier réaffirme les engagements pris par les maîtres d’ouvrage pour une meilleure gestion des déchets. Par la généralisation du tri de manière contractuelle dans les marchés d’opération du BTP et par la prescription de l’utilisation des matériaux recyclés lorsque cela est techniquement possible.

source : supplément éco-austral n°312