SOLYVAL transforme les pneus usages en produits pour le BTP et l’industrie

Implantée dans la ZAC Environnement, au Port, cette éco-entreprise dispose d’une capacité de traitement de 8 000 tonnes et sa nouvelle unité de broyage, lancée en 2014, lui permet de traiter les pneumatiques de grande taille, issus des engins de génie civil.

Depuis 2003, une cinquantaine d’importateurs de secteurs de l’automobile, du BTP et de l’agriculture ont rejoint l’éco-organisme local AVPUR (Association de valorisation des pneumatiques usagés de La Réunion).

Depuis 300 points de collecte sur l’île, 2 000 pneu usagés sont rassemblés chaque jour à destination de l’usine de recyclage Solyval, au Port.

Nous avons réceptionné près de 5 500 tonnes de pneus en 2015 et réalisé 100% de valorisation matière, mais seulement 10% pour le marché local

informe Stéphane Turpin, responsable d’exploitation de Solyval.

Les chips de pneus offrent beaucoup d’avantages

Créée en 2006, sur un site de 12 000 mètres carrés, l’installation dispose d’une chaîne de broyage, recalibrée en 2014, qui transforme tous types de pneumatiques en chips de caoutchouc et en granulat calibrés, séparant la matière de la ferraille et du textile. Accompagné à 65% par la Région Réunion, l’Union européenne et l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), cet investissement de 1,7 million d’euros permet d’employer aujourd’hui 7 collaborateurs.

À l’export, sur le marché indien, les chips de pneu pouvaient être utilisées comme combustible de cimenterie, mais le cours du charbon ne rend pas le produit concurrentiel. Aujourd’hui, nous commercialisons les chips pour une valorisation matière dan l’industrie du caoutchouc

annonce Stéphane Turpin. La production de Solyval est modeste en volume pour ces clients industriels, mai en visitant l’installation du Port, ils sont convaincus de l’excellente qualité, de la traçabilité et de la normalisation des produits. Solyval propose au marché local l’utilisation de ses granulats de caoutchouc pour la fabrication de sols souples et d’aires de jeu et celle des chips de pneus pour la réalisation de bassins de rétention et de remblais drainants et filtrants.

Nous travaillons à développer ces marchés qui restent trop confidentiels. Les chips de pneu offrent beaucoup d’avantages en remplacement du calibre de granulat 0/40. Le produit génère jusqu’à 40% d’économie en matière première et en transport et garantit un pourcentage de vide supérieur au gravier.

La construction du nouvel abattoir Crête d’Or a tiré parti de cette solution. Les chips de pneus constituent aussi le remblai drainant de la tranchée couverte de Saint-Paul, sur la route des Tamarins.

Vers de nouvelles solution de valorisation en local

Avec le produit granulats de caoutchouc, plusieurs communes ont fait réaliser des aires de jeu et des sols souples. Une entreprise privée les emploie également dans ses projets d’aménagement d’espaces de vie. Solyval, qui a réalisé 1,6 million d’euros de chiffre d’affaires en 2014, dispose d’une capacité de traitement de 8 000 tonnes de pneus, permettant d’absorber la croissance du marché automobile.

Nous sommes accompagnés par le Cluster Green, pour oeuvrer à lever des freins à l’utilisation de nos produits en local, indique Stéphane Turpin. Nous étudions d’autres possibilités de valorisation de cette ressource pour créer davantage de valeur ajoutée et d’emplois à La Réunion.

source : supplément éco-austral n°312